le liban au coeur

Accueil / Portfolio / le liban au coeur
le liban au coeur

« Le Liban au cœur »

ou La résistance par l’art

chorégraphie et danse  Lamia Safieddine

Et  l’ensemble ASSIL: (chant, luth, qanoun, derbaké)

Lecture : Nina Seul 

Lumière: Dominique Delapierre

Danse : Compagnie Lamia safieddine 

 

« Le spectacle est un lien entre le réel, la fiction et le mémoire collective,
et, en filigrane, la guerre, dans laquelle les Libanais sommes toujours
plongés… Un perpétuel mouvement et une évolution qui se situe autant
dans les points de rencontre que dans les points de tension…
Beyrouth sera toujours Beyrouth. Et Lamia Safieddine se penche sur une
approche de la particularité ou de la spécificité libanaise dans la danse
universaliste : Il s’agit de créer quelque chose de spécial qui a rapport à
notre culture, la manière de percevoir notre corps, notre langue, notre
quotidien voire notre identité cosmopolite. » Libération

Accompagnée par les musiciens de l’ensemble Assil, qui signifie  » authentique  » en arabe, Lamia Safieddine invite le public à une escale  libanaise déconcertante. Ambassadrice de la culture de son peuple, Lamia Safieddine propose des chorégraphies où authenticité et danse contemporaine se mêlent. Elle a su développer un style de danse qui lui est propre : « La Danse Arabe Contemporaine ». On lui doit notamment « Voyage dans la poésie du corps » autour des textes de Khalil Gibran (UNESCO, 1996), « Tableaux du Liban – Liban, carrefour des cultures » (France, Allemagne, 1998), « Assafar » (Café de la Danse, 2000), « Escale musicale au Liban » (tournée en France, Allemagne, Italie 2000), « Divas » (Beyrouth 2001) , Beyrouth-Paris-Granada (UNESCO 2004) « Sur la route de la soie » (Festival celebrazione,  Italie, Le Cap et Mandapa – Paris. 2005-2006) , « A corps et à cris » (tournée en France 2006  -2007) –   « Duo Danse – sculpture » (2008).- « Lilith », Forum de Paris et théâtre des ambassadeurs au Liban 2009.

« Le cheminement artistique de Lamia Safieddine est éclectique et exigent. Elle se propose d’établir des passerelles entre les chorégraphies orientales et occidentales, mêlant les deux techniques dans des mouvements légers et joyeux, revendiquant surtout des inspirations polyvalentes assimilées aux quatre coins du monde au hasard de sa naissance et des péripéties de sa vie. Aussi nous offre-t-elle un festival cosmopolite flamboyant certes, mais largement imprégné d’un Levant spirituel d’où tout procède et vers lequel tout converge. »

Abdallah Naaman (Ecrivain, attaché culturel de l’ambassade du Liban à Paris )